Articles et conseils sur le marketing internet et le référencement de sites
Articles sur le marketing internet, le référencement et la promotion.
 

Articles de fond
Nos articles et conseils en référencement, promotion et marketing internet Conception et Graphisme
Nos articles et conseils en référencement, promotion et marketing internet Marketing Internet
Nos articles et conseils en référencement, promotion et marketing internet Promotion & Référencement
Nos articles et conseils en référencement, promotion et marketing internet Référencement marketing
Tous nos Articles

S'informer et discuter
Articles et conseils gratuits Articles stratégiques
 Newslettre gratuite
Chercher parmi nos articles et conseils Recherche sur le site


Services payants
 Nos services

A propos de Cerise...
 Recommander
 Faire un lien
Référencement A propos de ce site
Promotion Notre société
Articles marketing internet Publiez-nous !
Articles référencement Nous contacter

Ressources utiles
Ajoutez votre site
 Annuaires, références et moteurs de recherche
 Conception et Graphisme
 Ergonomie & Utilisabilité
 Juridique
 Marketing en ligne
 Promotion & Référencement
Tous nos liens utiles

Travaillez avec nous
 Conseils et forum en création et gestion d'entreprise
 Communiqué de presse gratuit
 Jeux gratuits
 Accueil > Articles > Marketing Internet

Sites web, 13 idées reçues qui ne font pas gagner

Difficile parfois de transposer les vérités de la vie hors-ligne vers la vie en-ligne, surtout lorsque des finances sont dans la balance. Il arrive fréquemment de transposer (consciemment ou non) ces "vérités" et de les prendre comme telles sur Internet. Hors ce n'est pas vrai ; certaines idées reçues persistent et causent aujourd'hui la plupart des échecs des commerces électroniques. Et l'expérience sur le terrain montrent enfin que les idées reçues sur Internet sont très difficiles à combattre. Voici un tour d'horizon des idées les plus persistantes.

"Le nombre de visiteurs est le facteur absolu pour vendre plus."

Sans doute l'idée la plus difficile à combattre. De fait, elle provient directement de ce que l'on voit dans les boutiques hors-ligne : plus il y a de visiteurs plus la boutique vend. Ce qui est occulté dans cette idée, c'est la qualité des visiteurs et l'optimisation marketing du site. Inutile d'attirer des centaines de visiteurs qui n'ont aucun intérêt commercial. Inutile de promouvoir un site qui n'incite pas à l'achat.

"Prendre son cas personnel ou celui de son entourage pour une généralité."

Ce sont les fameux "un ami m'a dit", "me concernant je fais toujours de cette manière". Si vous réalisez une boutique pour assouvir un besoin personnel, ce sont de bonnes remarques. Si vous souhaitez vendre, votre approche est à revoir sérieusement. D'une part personne ne peut établir de règle générale sur un échantillon de si petite taille, et d'autre part, ce qui doit pré-valoir dans les choix est le bon sens - abstraction faite de son expérience personnelle -.

"L'utilisation de statistiques n'apporte rien de particulier au business internet."

L'utilisation des statistiques est pourtant un facteur déterminant de réussite. Internet ne permet pas ni de "voir", ni de "sentir" le profil des visiteurs. Que font-ils ? Où vont-ils ? Où ne vont-ils pas ? D'où viennent-ils ? Dès lors que vous souhaitez répondre à des attentes des statistiques sont obligatoires et doivent être discutées dès la formalisation du projet. Avant qu'il ne soit trop tard. En plaçant des statistiques certaines surprises vont probablement être démontrées. D'autre part, au delà de l'expérience personnelle de chacun, les statistiques apportent des réponses claires, chiffrées et indubitables. Comme ailleurs la preuve est dans les chiffres...

"L'investissement tous azimuts fait marcher le business sur internet."

L'investissement doit répondre à des besoins.

L'investissement doit répondre à des problématiques. Et l'investissement doit-être toujours être confronté avec la rentabilité. Un investissement ne doit répondre uniquement à la résolution d'une étape. Cette étape peut-être technique, graphique, marketing ou promotionnelle. Aussi, comme dans toute entreprise l'investissement sur internet doit-être confronté aux résultats prévus et aux résultats effectifs. Enfin, un investissement ne peut-être envisagé à court terme. Il doit pouvoir s'imbriquer dans un tout de manière à atteindre une cohérence.

"Un site est beau donc il va réussir."

Le "beau" est subjectif dans son essence. Plus prêt de nous, ce qui est beau ne fait pas forcément vendre, même si le beau est un atout certain. Ce qui est entendu, c'est qu'en dehors de toute considération graphique, le site doit répondre avant tout aux attentes des visiteurs, et à vos attentes commerciales. Si tel n'est pas le cas, l'aspect graphique ne sera pas suffisant. Si tel est le cas, alors l'aspect graphique est un avantage certain. Enfin, l'aspect graphique doit toujours répondre à des exigences en terme d'utilisabilité (ergonomie). Un site joli mais inutilisable ne peut être rentable.

"Le site est en-ligne, il n'y a plus qu'à attendre les visites."

Cette idée reçue est à mettre en relation avec une seconde, qui est "la présence sur internet est une fin en soit". S'il s'agit de votre idée, n'investissez-pas car votre approche est trop risquée financièrement. Votre site mis en-ligne, personne ne le connais. Au départ, c'est un site parmi des milliers d'autres. Si vous ne le faites pas connaître, personne ne vous rendra visite, vous ne génèrerez aucune commande et tous vos efforts ne porteront pas leurs fruits. L'aspect promotionnel doit-être préparé et budgété dès l'avant-projet.

"Les visiteurs sont présents, il n'y a plus qu'à attendre les commandes."

Une boutique en-ligne nécessite un travail marketing et rédactionnel. Le but est de capter l'attention, de vendre et de fidéliser vos clients. Une boutique figée dans le temps c'est une boutique en perdition, vous devez impérativement renouveller régulièrement pour ne pas perdre pied.

"Il y a déjà des concurrents sur le créneau, donc le site va décoller."

La réflexion telle qu'elle est formulée n'est pas assez complète pour être vraie. Qui sont vos concurrents ? Quel est leur positionnement ? Combien ont-ils de visiteurs ? Quels efforts marketing sont-ils capables de déployer ? Comment peuvent-ils être rentables ? Si vous posez cette problématique, il faut donc prévoir une étude concurrentielle.

"Le site ne décolle pas, il est hors de question d'investir plus."

Il manque une nouvelle fois tout un développement. Si un site ne décolle pas, c'est pour une ou des raisons. Avant de déclarer forfait il est nécessaire de se demander pourquoi le site ne décolle pas et apporter des réponses. Enfin, il est toujours nécessaire de se placer dans vos objectifs de pré-projet : quel est le but du site ? Y répond-il ? Quels sont les paramètres quantifiables et qualifiables le concernant ? Quel est l'état du marché dans lequel il évolue ? Si l'étude approfondie apporte des solutions, c'est par là qu'il faut commencer.

"Le site multilangues permettra dès le départ d'augmenter les ventes."

Cette approche n'est pas forcément vraie. Un site multilangues, c'est dans un premier temps des coûts supplémentaires non négligeables. Ensuite, si le concept fonctionne dans un pays, il n'est pas certain qu'il fonctionne dans un autre (aspects culturels et de concurrence, etc...). Si vous portez autant d'attention aux versions multilangues que dans votre langue maternelle, vous êtes déjà mieux parti. Si vous comptez traduire votre site et le promouvoir dans les autres pays vous passez probablement à côté de l'essentiel.

"Tout est dit dans le site mais les commandes ne viennent pas."

Avez-vous commencer par établir un positionnement et cibler des visiteurs particuliers ? Si tel n'est pas le cas, il est temps de changer et de définir une stratégie. Par l'intermédiaire d'un seul site on ne peut s'adresser à un panel de visiteurs large. Tout dire, c'est souvent ne pas répondre à l'essentiel des attentes des catégories de visiteurs dans lequels vous souhaitez prospecter.

"L'utilisation de plate-formes techniques abouties ne fait pas forcément vendre."

Cela est vrai et faux à la fois. Il est nécessaire encore une fois de peser les attentes des visiteurs, de répondre à la problématique de positionnement. Si vous comptez prospecter uniquement sur internet des plate-formes techniques abouties et ergonomiques vous donnent au minimum l'avantage d'inspirer confiance et également de disposer d'outils statistiques concernant les comportements d'achat, et enfin d'évaluer par certains aspects l'impact de vos campagnes de promotion.

"Je n'y connais pas grand chose en informatique, d'ailleurs mon Webmaster (ou mon prestataire) s'occupe de tout."

...et chacun son métier me direz-vous. En somme, vous demandez des prestations à un professionnel dans un environnement que vous ne connaissez pas. Etes-vous tout à fait certain d'avoir la bonne approche ? Etes-vous certain qu'investir dans l'inconnu est potentiellement rentable ? Si vous investissez sur internet, il est fortement recommandé de vous intéresser au travail de votre prestataire, de naviguer, de vous renseigner sur ce qui se fait, ce qui marche et ce qui ne marche pas...à ce titre une petite formation autodidacte ne peut qu'améliorer vos résultats.

Si vous connaissez d'autres idées reçues contactez-nous, nous les ajouterons :-). Notre email : contact@ceriserouge.com.

Par Gautier Girard.
Fondateur de la société Marketing Internet (vendue fin 2007). Retrouvez d'autres articles sur Créateur d'entreprises.

 

Copyright 2002-2008, Tous droits réservés Cerise Rouge - Informations légales.
Marketing internet, référencement, promotion : ceriserouge en une page.